jeudi 25 juillet 2024
spot_img

Suppression du HCDS : L’institution ne disposait pas de budget, selon Guy Olivier Ouédraogo

L’économie burkinabè est éprouvée par la crise sécuritaire. Dans ce contexte, l’on s’interroge sur comment l’Etat doit accompagner ses partenaires sociaux, le secteur privé; et en retour comment ces acteurs peuvent accompagner l’Etat. La question a fait l’objet d’un panel, en marge de la commémoration des 10 ans de l’hebdomadaire, L’Economiste du Faso, ce mardi 28 mars 2023. A l’occasion, si certains ont salué la suppression du Haut Conseil pour le Dialogue social (HCDS) comme mesure pour réduire le train de vie de l’Etat, Guy Olivier Ouédraogo de la Confédération Syndicale Burkinabè (CSB), lui-même précédemment membre dudit Conseil ne partage pas cet avis. 

Dans le contexte qui prévaut actuellement au Burkina Faso, du point de vue économique, l’Etat, de l’avis du Dr Nebila Yaro, doit « mettre l’accent sur la résolution de la dette intérieure pour faire fonctionner [l’] économie ». Et ce, car, « en temps de crise, on replie sur soi ». A cela, Dr Yaro a ajouté que « la réduction effective du train de vie de l’Etat [doit] être véritable ». Par là, il pense qu’il faut supprimer certaines institutions budgétivores, saluant la suppression du HCDS. Une posture que ne partage pas le désormais ex-membre du HCDS, Guy Olivier Ouedraogo.

Lire aussi ➡️ Burkina : Dr Nebila Yaro suggère à l’Etat de « mettre l’accent sur la résolution de la dette intérieure pour faire fonctionner l’économie »

M. Ouédraogo a d’abord rappelé que les différentes crises au Burkina ont entraîné « une inflation qui érode le pouvoir d’achat des travailleurs ». « Le salaire moyen au Burkina Faso est de 104 800 au privé, selon les données, mais je ne suis pas tellement sûr. Dans la sphère publique, il est pratiquement de 85 150 F CFA », a-t-il révélé. Dans tout cela, il a soutenu que le Burkina Faso est rentré dans « une véritable inflation en 2022 [qui] entraîne une baisse du pouvoir d’achat ». A ce propos, il a rappelé que le gouvernement lui-même, lors d’un Conseil des ministres « a estimé l’inflation à 14% de 2021 à 2022 ».

« N’eut été ces crises (Covid-19, crise Ukraine et crise sécuritaire), nous savons ce que nous allons faire : fermer, battre le macadam et exiger du gouvernement et du patronat de faire ce qu’ils ont à faire, mais malheureusement, nous sommes dans une situation difficile pour tout le monde et nous sommes obligés de faire avec », a relevé Guy Olivier Ouedraogo. 

Mais, prévient-il, « il n’y a pas de résilience infinie ». Il argumente : « il y a des gens qui ont commencé à garer leurs voitures et à rouler à moto. On le voit au niveau des ministères, des services (…) Les combats aujourd’hui pour aller en mission deviennent de plus en plus âpres dans les services »

Une vue des participants au panel

Pour tout cela, le SG du CSB appelle à une forme de solidarité du gouvernement envers les travailleurs. Mieux, suggère-t-il, « nous lançons un appel au ministère de l’Économie et des Finances, pour qu’il mette à disposition des partenaires sociaux, les différentes données sur la fiscalité, l’inflation, la vie et autres, les différentes études sociologiques, barométriques pour permettre aux partenaires sociaux et au gouvernement, de trouver les solutions les plus efficaces pour faire avancer la société, tout en prenant en compte les intérêts des travailleurs »

Et à ce titre, réagit-il maintenant à la suppression du HCDS, « le creuset dans lequel cela doit se faire, c’est le dialogue social. Voilà pourquoi une institution avait été consacrée en la matière (HCDS, ndlr) ».

Lire aussi ➡️ Burkina : Le gouvernement dissout le Haut Conseil pour le Dialogue social

Sur le HCDS toujours, Guy Olivier Ouedraogo a soutenu : « on dit qu’il est peut-être budgétivore, mais je décevrai ceux qui parlent de cela, parce que voilà une institution qui ne dispose pas de budget et ne vit que de l’allocation du budget de la présidence du Faso. Si le HCDS n’est pas là, ce sont ces allocations qui reviennent à la Présidence du Faso et elle en disposera comme elle veut ». 

Sur ce, M. Ouédraogo a conclu : « il n’y a pas de budget et nous aurons l’occasion de répondre à qui de droit. Parce que ceux qui nous provoquent, nous rencontrent, ça, il peuvent en être sûrs ».

Franck Michaël KOLA

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Articles connexes

Burkina : L’armée se démarque d’une vidéo mettant en scène des présumés combattants mutilant un corps humain

Dans un communiqué ce mercredi 24 juillet 2024, l'État-Major Général des Armées burkinabè condamne se démarque des actes...

Burkina : Compte-rendu du Conseil des Ministres du Mercredi 24 Juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09...

Burkina : Le gouvernement autorise un recrutement à titre exceptionnel de 300 VDP (Conseil des ministres)

Le gouvernement burkinabè réuni en conseil des ministres ce mercredi 24 juillet 2024, a adopté un rapport autorisant...

Burkina : L’initiative présidentielle pour la production agricole et l’autosuffisance alimentaire 2024-2029 instituée

En conseil des ministres de ce mercredi 24 juillet 2024, le gouvernement burkinabè a adopté un décret au...